Acheter un vélo d’occasion en toute confiance et au juste prix

Que l’on soit un expert du vélo ou plutôt novice de la mécanique, le moment de l’achat de son vélo est un moment important.

  • Rendre l’acte d’achat du vélo inoubliable !
    On se souvient longtemps de ses achats de vélo car c’est un achat du coeur qui va nous accompagner durant des années. A contrario, en cas d’erreur, on peut le regretter longtemps car on ne change pas d’avis si facilement une fois l’acte d’achat consommé !
  • Éviter l’achat compulsif  !
    On n’achète pas un vélo comme on achète une pizza. Du moins on vous le déconseille fortement !
    Avant de céder à l’apparente affaire du siècle sur Leboncoin.fr ou trocvélo, prenez le temps de réfléchir, de consulter les tests présents sur les sites spécialisés et de bien vérifier que le vélo correspond bien à vos usages, votre taille, votre poids.
  • Se méfier de la bonne affaire
    Dans le vélo, l’entretien, les pièces à changer, la qualité des roues, des pneus, peut s’avérer très onéreux. Il vaut sans doute mieux investir dans un vélo bien entretenu, dont certaines pièces ont été changées plutôt que sur le même vélo dont il va falloir changer la moitié des pièces après quelques sorties.
    N’oubliez pas qu’acheter un vélo d’occasion ne comporte pas de garantie.

Toutes ces raisons nous ont poussé à créer CoteVélo pour vous aider à définir le juste prix d’un vélo d’occasion. Nous travaillons aussi au lancement de la plateforme Ekstere qui vous permettre d’acheter et de vendre un vélo d’occasion avec un gage de sérieux et de garantie.

1- Le vélo correspond-il vraiment à l’usage recherché

La première question à se poser et qui mérite de prendre quelques conseils avant de trancher. Quels sont mes besoins principaux en terme de vélo ?

Les accrocs du vélo possèdent plusieurs vélos pour chaque usage potentiel

  • Vélotaf pour aller travailler même si ce type de vélo peut encore se décliner en plusieurs catégories selon le trajet domicile-travail à effectuer.
  • Vélo à assistance électrique qui se décline en plusieurs catégories selon l’usage et le besoin d’assistance.
  • Randonnée cyclo du week-end, donc plutôt vélo de route confortable, pas trop lourd et qui ne requiert pas trop d’entretien.
  • Vélo de ville spécial jours de pluie ! Eh oui pour les plus assidus du vélo, l’usage du garde-boue est tout de même agréable pour éviter d’arriver au bureau tout boueux. Mais d’un autre côté, les jour de grand beau temps, le vélotaf typé course apporte vitesse et plaisir. Alors pourquoi chercher à tout prix un compromis ?
  • VTC pour les ballades en famille. Le vélo polyvalent à tout faire, qu’on peut facilement prêter, réparer, bricoler, sans se prendre la tête.
  • VTT semi rigide pour les virées en forêt. Plutôt léger, rigide et réactif pour prendre un maximum de plaisir sur des terrains outdoor mais peu accidentés. En réalité, cet usage de terrains assez doux correspond à la majorité des usages du VTT. Dans ces cas là, inutile de viser un VTT trop complexe qui risque d’être onéreux, compliqué à entretenir et pas si performants si son usage est sous exploité.
  • VTT suspendu pour s’amuser un peu dans des terrains plus accidentés. Qu’ils soient Enduro, Cross-country ou DH, les vélos suspendus ne sont pas si polyvalents que ça. Alors analysez bien vos envies et le terrain de vois sorties avant de vous décider.
  • et bien d’autres types de vélos spécifiques à des usages personnels !

Pas de compromis sur un coup de coeur

On peut être séduit par un vélo qui ne correspond pas tout à fait à la recherche initial. Mieux vaut ne pas céder facilement au risque de se retrouver avec un vélo inadapté. Vérifiez donc plusieurs fois l’adéquation entre les fonctions du vélo même si le vélo en vente semble être une bonne affaire.

Néanmoins, les roues sont aussi une partie du vélo particulièrement sollicitée et donc vulnérables à des chocs importants. Il ne faut donc pas forcément abandonner une bonne occasion sous prétexte d’une roue voilée ou d’une gente tordue. Il est possible de remplacer les roues voire même uniquement le tour de roue et ainsi de valoriser son vélo. Dans ce cas, nous vous conseillons de faire un devis chez un professionnel afin de négocier une participation financière avec le vendeur.

Si vous vendez le vélo, notre préconisation est de fournir de roues en bon état et les changer si ça n’est pas le cas en fournissant les anciennes en bonus. Cela valorise le vélo fourni avec roues neuves et apporte un vrai plus au vélo. Un vélo avec des pneus neufs est bien plus attrayant qu’un vélo avec des pneus ayant déjà bien vécu.

Pour l’acheteur, l’état des pneus ne doit pas être un frein à l’achat sauf sur les pneus ne semblent pas appropriés au vélo. Cela peut être un levier de négociation dans l’optique de remplacer les pneus immédiatement. Ainsi, vous aurez le plaisir de rouler sur un vélo d’occasion avec un air de neuf !

blank
blank

2- Propreté générale du vélo

Vérifier la propreté générale du vélo donne une idée sur l’entretien et le soin apportés par le vendeur du vélo :

  • Rayures non superficielles, bosses sur le cadre, marques d’impacts visibles, sont des signes à prendre au sérieux.
  • Si les éléments de transmissions ne sont pas propres, trop gras, ou encombrés, cela signifie qu’ils ont subit une usure prématurée.
  • Des vitesses qui passent mal, une fourche qui craque ou des freins mal réglés sont autant de mauvais signes sur l’état général du vélo.

Enfin tout simplement, un vélo bien entretenu est nettoyé après chaque sortie. Toute trace de boue, de sable ou autres éléments extérieurs indiquent un entretien insuffisant du vélo.

3- Historique réel du vélo

L’usage et le nombre de kilomètres effectués par le vélo d’occasion en vente repose trop souvent sur la bonne foi du vendeur. Un bon cycliste a sans doute un compteur qui pourra conforter l’estimation du kilométrage. Vous pouvez aussi consulter – avec son accord – son compte Strava si celui-ci est disponible ! Un achat en transparence est toujours plus agréable et serein.

Au-delà des données quantitative, prenez le temps d’échanger avec le propriétaire du vélo d’occasion. Si le contact passe bien, vous pourrez vérifier que vos usages respectifs sont compatibles et toutes les informations transmises sont bonnes à prendre pour mieux appréhender la vie de votre nouveau vélo et son entretien.

C’est également l’occasion d’éventuellement négocier des accessoires en suppléments pour agrémenter l’usages du vélo.

4- Essayer le vélo… ou un équivalent

Cela peut sembler évident mais ça n’est pas toujours simple, notamment lorsque le vélo souhaité est disponible sur internet avec la possibilité d’être expédié.

Dans ce cas, rapprochez-vous d’un magasin local pour tester un vélo rapprochant. Sans abuser de la gentillesse du marchand de vélo, vous pourrez être un bon client en confiant l’entretien et l’achat des pièces de rechange de votre futur vélo. La plupart des magasins de vélo sont de bons conseils y compris pour l’achat d’un vélo d’occasion.

Lors de l’essai du vélo, inutile d’aller faire des kilomètres. l’essentiel est de vérifier que le cadre convient, que les réglages possibles permettront d’affiner au mieux le confort d’utilisation.

5- L’état général du cadre

Au-delà de la propreté du cadre, son état est à vérifier de prêt car le cadre représente une bonne partie du coût d’un vélo. De plus, un cadre endommagé n’est pas réparable alors que toutes les autres pièces du vélo le sont.

Bien faire la différence entre une rayure superficielle et une entaille plus profonde. La rayure superficielle ne touche qu’à l’esthétique, globalement sur l’épaisseur de la peinture et n’aura pas de conséquence sur le comportement du vélo. Un choc sur le cadre va provoquer un enfoncement du métal ou une pliure. Dans ce cas, le cadre est endommagé et risque de se briser.

Bien vérifier les points de serrage :

  • La tige de selle : on n’y pense pas toujours mais une tige de selle endommagée est compliquée à réparer et la conséquence est très gênante. Cela peut occasionner un jeu dans la selle qui peut s’avérer très désagréable et impossible à corriger. Une tige de selle endommagée peut aussi finir par rompre avec comme conséquence l’impossibilité d’utiliser le vélo ni de le réparer.
  • Le cintre : pour vérifier le bon fonctionnement de la direction, testez les mouvements de guidons en maintenant le cintre d’une main. De gauche à droite et d’avant en arrière, il ne doit pas y avoir ni jeu ni craquements.
  • La douille direction : de la même façon la douille de direction doit être propre et ne pas avoir subi de chocs, de fissures ou tout apparence suspecte.

  • Les pas de vis : dans l’entretien du vélo, les outils adéquates doivent être utilisés. si ça n’est pas le cas, les pas de vis peuvent être endommagés et provoquer le coincement de certains éléments, rendant compliqué le futur entretien.
blank

6- Le système de frein, gaines, câbles et suspensions

Bien que ces éléments soient moins onéreux à changer ou réparer, un vélo d’occasion se doit d’être vendu en bon état de marche et notamment concernant la sécurité. L’ensemble des cables est à vérifier ainsi que les gaines pour assurer le bon fonctionnement. Vérifier que les cables ne s’effilochent pas et que les gaines n’aient pas pris de coups pouvant être dus à des chutes répétées du vélo.

Pour les freins à disques, ceux-ci peuvent être usés, endommagés ou voilés. Le voilage des disques est difficiles à corriger et nécessitera la plupart du temps de les changer.

Les suspensions nécessitent un entretien régulier et en particulier sur les vélos d’occasion tout suspendus. Un réglage est nécessaire pour adapter la suspension centrale au poids du nouveau propriétaire. Profitez-en pour vérifier que la valve n’est pas endommagée et que l’entretien a été fait régulièrement. Concernant la suspension avant, vérifiez que le débattement se fait de manière fluide sans accoup.

blank
blank

7- L’état de la transmission

La transmission est un élément clef du bon fonctionnement du vélo et de ses performances. Vérifier le bon état de la transmission n’est pas chose simple. Mais on peut lister les éléments de la transmission à vérifier sur un vélo d’occasion :

  • les pignons doivent être propres y compris sur la partie intérieure. On voit assez vite lorsque certaines dents ont été usées ou endommagées.
  • La cassette (sur la roue arrière du vélo) peut avoir du jeu si elle a subit une utilisation très intensive. à tester en roue libre en avant et en arrière.
  • Les plateaux (sur le pédalier) comme les pignons doivent être bien nettoyés pour éviter une usure prématurée de la chaine. à vérifier les dents des plateaux qui prennent facilement des coups irréversibles notamment sur les VTT.
  • Les dérailleurs (arrière et avant). Bien sur les passages de vitesses doivent être fluides sur chaque plateau et chaque pignon. Encore une fois, le dérailleur se doit d’être maintenu propre et pas trop gras. à vérifier le jeu qui peut devenir trop important si le dérailleur a pris des chocs ou si le vélo a été trop souvent couché sur le mauvais côté – celui du dérailleur.
  • La chaine – même si la changer n’est pas un gros souci – son mauvais état d’augure rien de bon quant à l’état général du vélo. Un chaine trop usée ou sale a des répercussions sur la transmission et l’état des plateaux et du dérailleur.
  • les galets du dérailleur sont des pièces relativement fragiles qui ne sont pas toujours bien nettoyées. Ils contribuent pourtant au bon guidage de la chaîne et jouent un rôle important dans la transmission. à vérifier l’aspect des galets de dérailleurs.

8- les roues et pneus

Les roues sont loin d’être négligeables quand on sait combien coute une bonne paire de roues + pneus de bonne qualité. A vérifier que les roues sont celles d’origine car si ça n’est pas le cas, l’estimation du prix du vélo est biaisée. Soit à la hausse soit à la baisse selon les roues qui remplacent celles d’origine.

Si les roues ont été remplacées par des roues “standards”, il faut se demander pour quelle raison…

Néanmoins, les roues sont aussi une partie du vélo particulièrement sollicitée et donc vulnérables à des chocs importants. Il ne faut donc pas forcément abandonner une bonne occasion sous prétexte d’une roue voilée ou d’une gente tordue. Il est possible de remplacer les roues voire même uniquement le tour de roue et ainsi de valoriser son vélo. Dans ce cas, nous vous conseillons de faire un devis chez un professionnel afin de négocier une participation financière avec le vendeur.

Si vous vendez le vélo, notre préconisation est de fournir de roues en bon état et les changer si ça n’est pas le cas en fournissant les anciennes en bonus. Cela valorise le vélo fourni avec roues neuves et apporte un vrai plus au vélo. Un vélo avec des pneus neufs est bien plus attrayant qu’un vélo avec des pneus ayant déjà bien vécu.

Pour l’acheteur, l’état des pneus ne doit pas être un frein à l’achat sauf sur les pneus ne semblent pas appropriés au vélo. Cela peut être un levier de négociation dans l’optique de remplacer les pneus immédiatement. Ainsi, vous aurez le plaisir de rouler sur un vélo d’occasion avec un air de neuf !

blank
blank

9- Faire la liste des pièces à changer

Une fois que tous les éléments principaux ont été vérifiés, c’est le moment de faire les comptes !

Lister les pièces à changer pour obtenir le vélo de vos rêves, certes d’occasion mais comme neuf !

  1. Si la liste est vide, le prix conforme à celui proposé sur Cote-Vélo, FONCEZ !
  2. Si la liste est raisonnable, c’est un élément de négociation avec le vendeur pour cofinancer les achats.
  3. Si la liste est trop longue, ça ne semble pas sérieux, vous en trouverez un mieux…

10- Demander des factures

Dernier point et non des moindres, l’achat d’un vélo d’occasion demande de l’attention vis à vis des fraudes. Autant pour vérifier la date d’achat déclarée que pour vérifier que le vélo n’a pas été volé par le passé, un minimum de factures doivent être fournis à l’acheteur.

  • Facture d’origine du vélo
  • Factures d’entretien chez un réparateur
  • Factures des pièces remplacées
  • Factures des cadenas et / ou empreintes prise pour lutter contre le vol

Dans certains cas, le vélo est enregistré dans une base de données avec son numéro de série. Pensez-bien à en parler au vendeur afin de modifier le propriétaire déclaré du vélo et continuer à profiter de ce dispositif.

C’est une excellente idée d’acheter des vélos d’occasion. Cela permet d’accéder à du haut de gamme à des prix abordables. Dans les environs de Grenoble, les vélos sont soumis à rude épreuve et les cyclistes aussi !! Mieux vaut disposer d’une machine à la fois robuste, bien équipée, pas trop lourde et en toute sécurité !

Mais attention aux pièges lors de vos achats car les vélos peuvent aussi avoir subit des chocs qui ne se voient pas forcément au premier abord !

Denis Pommeray

Expert outdoor à Grenoble, E-Malaya

Questions à se poser et vos conseils pour mieux vendre un vélo

Acquérir un vélo électrique – neuf ou d’occasion – est un investissement. Avant de fixer, le budget à y consacrer, commencez par calculer les économies que vous allez réaliser par rapport au cout d’une voiture ou l’abonnement aux transports en commun. On se rend souvent vite compte que le prix d’un vélo est rapidement amorti.

Selon l’usage qu’on souhaite en faire, le type de trajets, on détermine l’autonomie et la puissance qui convient. Ces deux éléments vont faire varier le prix du vélo très sensiblement. A quoi s’ajouter des plus value sur les accessoires, la qualité des composants et la réputation de la marque.

Comme une voiture, le prix à investir dans un vélo doit prendre en compte sa décote future et donc la capacité à le revendre plus tard pour acheter un nouveau. Ainsi, le vrai cout du vélo est la différence entre le prix d’achat et le prix de revente. Un  vélo bien entretenu pourra être revendu un bon prix et ainsi contribuer à financer le suivant.

Avant d’acheter un vélo d’occasion, il convient de vérifier des points très importants et surtout d’exiger des preuves lorsque cela est possible.

  • De quelle année date le vélo ?
  • Quelle est la marque du vélo ?
  • Combien de kilomètres ont été parcourus ?
  • Combien de charges a subi la batterie si c’est un VAE ?
  • Le vélo a-t-il été accidenté ?
  • Des composants du vélo ont-ils été changé ?
  • Le vendeur détient-il encore la facture d’achat ?
  • Est-ce que le vélo est un “première main” ou a-t-il précédemment été acheté d’occasion ?

Load More

blank